My Bali, ou Bali mise à l’honneur, Indonésie (1995-2017)

un panorama de volcans et caldeiras à l’aube

En cette fin/début 2019-20, je décide de retourner en Indonésie, après le voyage en Inde de l’année passée. Ces dernières années c’est un peu 1x l’Inde et 1x l’Indonésie.
Le programme initial de 4-mois a dû être remanié de sorte que la visite prévue à Bali (2-semaines), les Célèbes (1-mois), Thailande (1-mois) ont été supprimés et que finalement je ne suis parti que 7-semaines sur l’île de Sumatra ; et retour au bercail. Les photos de cet hiver vont suivre, mais ce travail sur Bali trottait déjà dans ma tête avant le décollage du 11-novembre ’19. Je me réalise avec un peu d’avance, ceci dû à mon retour en Suisse début janvier 2020 alors qu’aujourd’hui même je devrais me prélasser à quelque part en Thaïlande, avant le retour prévu du 8-mars…
Mais, Hey, le Corona-19 est passé par là !!!

Les temples de Besakih, au pied du Mt. Agung

Mes visites sur cette province indonésienne, plus connue sous l’appellation « l’île des dieux », s’égrènent de 1995 à 2017 ; ayant aussi travaillé à Nusa Dua comme opérateur outdoor de 2003-2006, aaach !! ces années… Les clichés et pellicules ont d’abord été gardés dans mes tiroirs, puis scannés sur un site avec l’apparition de l’internet, avant que n’apparaisse la magie digitale.

Les photos ont été regroupées sous 7-chapîtres, la sélection fut assez longue au vu de la quantité à trier.

le singe en couple parfait

Bali ayant subi d’énormes modifications au cours des 25-dernières années, de la petite île chaleureuse et insouciante à la grosse destination touristique mondiale, j’ai pris pour option de toujours commencer et terminer mes visites par ce point de chute dénommé Penestanan, à proximité d’Ubud.
Vous connaissez quasi tous les sites de l’île, y en a pour tout le monde et pour tous les goûts, comme vous le savez. Là-dessus, du chapitre des choses à voir à Bali, je passe… et bien qu’organisateur de voyage je ne pourrai vous conseiller de chose en particulier. On s’immerge ou on passe à côté !  Mode, surf, culture enracinée et vivante, rites animiques, plongée, beaches n’bars, temples, raft, île et quelques vièrges, nightclubs, treks, wildlife, tyroliennes, parc national et réserves, musées, architecture et bâtiments, aquaparc, une Bintang très fraîche, et merci pour me signaler les autres, j’ai en peut-être surement oublié 😊

Le riz, sa culture font partie intégrante de la vie sur l’île

Allez savoir pourquoi, j’y retrouve là-bas pas mal de ces vibes qui font que j’y retourne avec alternance et plaisir, et progresse à chaque fois dans ma quête de retrouver mon passé et origines ; sauvagement arrachés à ma personne. Evidement il reste ces tâches noires au tableau, mais nombres d’évidences et vérités se sont progressivement emboîtées pour former un socle qui me permet de mieux comprendre « mon Karma et ses sorts ». Un peu d’oxygène à ma condition quoi !

Là j’y rencontre Pak Swetcha (aujourd’hui un homme très âgé) et son fils Dirna pour me mettre illico sur les ondes ambiantes de l’île. Direct logé à bonne enseigne ! Entre randonnées, location de moto ou voiture, séjours balnéaires ou sites culturels, bateaux et îles voisines, je me fie à leurs conseils et part découvrir Bali au rythme de la vie locale au gré des saisons et ambiances diverses que l’on trouve sur l’île.

A Bali une sortie en mer s’organise toujours en groupe

Non Bali n’est pas 1-île, 1-population, 1-dialecte, 1-religion et 1-tout sous le même toit, mais est parsemée de toutes sortes de régions (kecematan) qui ont toutes développées leurs modes de vie et organisation tout en restant unis et les coudes serrés. Bref connaître Bali prend presque le temps d’une vie, par contre les contrastes et réalités diverses qu’on y trouvent sont saisissantes et les découvertes quasi journalières. Le sud a été bétonné entre Kuta et Denpasar, par contre l’intérieur de l’île a appris des erreurs passées et maintient sa magie intacte. Mis à part ces quelques sites touristiques où nous sommes juste des machines à pognon. Chose inéluctable quand on pense à la différence entre notre vie en occident et cette vie quotidienne imprégnée et dictée par la Foi; dans des terres parfois de cocagne (et donc attisent la jalousie, même des autres provinces indonésiennes)!!
Les gros sabots que rencontrent le déhancher de la danseuse balinaise; ces contrastes que ne constate pas assez le visiteur. Pis cette liberté que l’on s‘autorise, qu’on redécouvre et entraîne son lot de charters venant de toutes parts. Evidemment, la réputation de Bali n’est pas usurpée, et les images que chacun a (à quelque part dans sa tête), découlent effectivement d’une culture d’une grande richesse qui trouve dans son quotidien ses expressions pleines de couleurs, de Vie & harmonie, de justesse aussi. A l’heure du crépuscule, après le travail, les gens souvent se retrouvent et une ivresse de paix et de laisser vivre l’autre en découlent. C’est bien fait, les villages et les lieux de culte ou de rassemblement y trouvent une harmonie plus que millénaire qui n’est pas une pièce de théâtre; sauf bien sûr pour celui qui pense que la vie en est une, en tout cas. J’en rigole souvent, échange et converse pour instaurer un rapport de confiance et n’en perd donc raison; quand l’étranger glisse sans s’y rendre compte dans ses travers et ainsi perd le contact et sa crédibilité avec la vie quotidienne. Toujours une pensée pour Garuda, Mandala, Vishnu ou Ganesh, et certainement encore une pléthore! Impossible de savoir pour moi, p’tit suisse de bien loin élevé à l’autre lait de vache!
Mais quelques bon tuyaux j’ai quand reçu les gars, voir même plus si entente! 😉

après la prière

Les images trop nombreuses après avoir vécu ensemble quelques bonnes années, je travaillais dans le tourisme d’aventure, plus tard devenu éco-tourisme. Avec ses excellentes routes dessinées, desservant à travers l’île, ces sentiers praticables à quasi tout véhicule qui sont reliés, font du réseau de transport routier un atout certain, qui ne laisse personne sur la touche…
Cette conduite est aussi malheureusement fatale à nombres de touristes à moto, ceci du à la conduite à gauche et au manque d’expérience des routes asiatiques… dans un village, bien que situé sur les côtés d’une route nationale, on ne fonce pas à 100km/h ! L’exhalation de cette liberté totale retrouvée quand on enjambe une jolie bécane et les particularités de la circulation balinaise font aussi très mauvais ménage, surtout sous l’effet de la vitesse. Roule pépère et laisse cette abondance de la vie quotidienne te submerger, dans ce sentiment de bien-être qui est quasi la norme (…). Un bon p’tit Bahasa trouve également toujours oreille et bon conseil ! Sinon la moto peut aussi se pratiquer avec père-mère et ses 4-enfants réunis (…), ensemble pour la bonne cause, sans risque de devoir se faire retirer le permis de conduire ou passer par le tiroir-caisse. La discrétion de soi-même est une chose très importante à leurs yeux et est une des rare source de différent qu’il peut y avoir dans un groupe ou clan. Sinon pour les raisons d’argent bien évidemment!! Sinon, bien peu de choses viennent contrarier cette quiétude. En cherchant encore, il y a le manque de pudeur ou un coté provocateur de quelques touristes (souvent venus du surf), mais tout cela reste assez rare semblerait-t-il. Les choses sont calmes et suivent leurs cours.

Deux gosses qui jouent sur la plage (à Sanur), avec bâton et fil à coudre, non loin de Denpasar.

Sinon, il y a toujours les combats de coqs, autres parfois, voir même de poissons… où l’éternel jeu de la loterie qui embrase une place de village ou le troquet local.
P’tite parenthèse : En Indonésie, le foot international ne coûte centime et la League, Lega, Bundesliga ou Calcio se regardent depuis son canapé ou tapis, Jeux Olympiques, Mundial ou Euro compris (si,si…) + tous les joutes asiatiques, ce badminton le sport par excellence ici ou la Formule 1 ; tout cela ils regardent en live, comme le reste du monde.

Bon bref, assez de sentiments, passons aux images, et en te souhaitant un bon visionnage, « mon kam-rad« … 😉

(… et juste un p’tit conseil amigo, vas-y de bonne foi, t’es encore sur la même planète, et d’égal à égal 😉 : « dit avec un accent espagnol de western spaghetti… » 😊, sont pas des cons !!! 😊 😊 😊)

Pour les prises sous-marines à Bali, clique-ici.


Les paysages

Temples, spiritualité et croyances

Scènes de vie

Portraits

Folklore et danses traditionnelles

Wildlife

Au marché

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.