Florès: le volcan Inerie et les lacs Kelimutu (deux merveilles géologiques), Indonésie (oct.’05)

Photo Octobre 2005 171

Dernier jour en mer. Nous amarrons à 5am. au pied du volcan Inerie et sommes portés au rivage par zodiac. Les premiers pas se font au soleil qui se lève tout juste et nous marchons pour une durée d’environ 3-heures, un peu plus. Passant quelques hameaux nous comprenons assez vite que sur les pentes du volcan, mise à part l’extraction du souffre (l’activité principale), on y chasse également le singe à l’arc ! Nous marchons dans un autre temps, ce volcan étant aussi totalement hors des sentiers battus et que très rarement visité par des étrangers. Se saluant cordialement, nos rencontres ne semblent pas trop déranger le cours des choses et se font tout naturellement. Cette image des habitants locaux, munis d’un arc et de flèches, qui arpentent jusqu’au sommet à la recherche de ce met particulièrement apprécié, est à laisser libre de tout commentaire. La soufrière autour du cratère et son jaune intense occupent une bonne partie de la caldeira, de fait est assez énorme. Les jeux de lumière sont particulièrement intenses et joueurs et au gré y restons une petite heure, également pour récupérer de l’effort . Nous reprenons la mer autour des 13-heures.

La dernière visite, une fois parvenus à Ende (et donc la fin du voyage) est le Kelimutu, emblème de l’île de Florès et petit miracle géologique ! Sur le coup des 15-heures nous quittons le Monalisa, nos sacs sont emmenés directement à l’hôtel, et partons en minibus à l’intérieur des terres de Florès, user une dernière fois de la pellicule. Cette formation est au fait un complexe d’origine volcanique (ou carrément un volcan), qui se compose de 3-lacs adjacents aux 3-couleurs différentes. La photo a déjà attiré nombres de voyageurs. Changeant au cours de la journée, les couleurs miroitent et sont directement tributaires de la composition chimique des lacs. L’activité du volcan est irrégulière, donc en fonction des composants qui émanent de l’activité volcanique. et qui sont rejetés à la surface, les couleurs prennent des tons et des reflets sans cesse changeants.

Arrivés dans une météo basse et à une heure pas particulièrement propice, le spectacle tout de même est à la hauteur et le voyage qui touche à sa fin, et oui! c’était presque au goût de tous… 🙂

Quelques images, prises un peu à la va vite, sur l’île principale de Florès.