Luang Prabang, une ville estampillée UNESCO, Laos (octobre 2011)

DSCN4685

Luang Prabang est cette petite ville, ou plutôt grosse bourgade provinciale du Laos, qui officie comme la capitale du Nord. Particularité peu banale, la ville dans son entier est classée UNESCO ! Située le long du fleuve Mekong, autrefois comptoir français commercial sur cette voie navigable, c’était le centre névralgique d’un royaume éponyme pendant plus de 2-siècles; officiellement sous protectorat français d’Indochine depuis 1887.

Déclinant progressivement lors du 19-ème jusqu’à la déclaration d’indépendance du Laos en 1949, le royaume connu ses grandes heures au XVIII-ème, jouissant alors d’une influence régionale certaine (jusqu’en Chine). Une histoire parfois chahutée dans son cours, devant régulièrement concilier ses intérêts avec ses alliés de toujours (royaume de Siam et de Birmanie), et souffrant de la comparaison des puissances locales émergentes (Japon, Chine), Luang Prabang a su rebondir au tournant du XX-ème siècle. A l’heure charnière des premières vélléités indépendantistes du continent, jusqu’aux conflits mondiaux suivis par la décolonisation, avec à sa tête Sisavang Vong. Roi fier et vénéré d’un peuple particulièrement pieu et insoumis, le royaume de Luang Prabang a toujours su faire preuve d’un courage certain face à l’adversité; et su toujours sortir son épingle du jeu. Accueillant nombres de dignitaires occidentaux, du Sud-Est Asiatique, d’Inde, de Chine ou du Japon dans son palais richement décoré, ce fut un centre diplomatique majeur en vue des négociations relatives à l’Indépendance du pays et au solutionnement de la question de la colonie d’Indochine. Pour preuve du respect que le royaume suscite au-delà de ses frontières, les nombreux et magnifiques cadeaux reçus par des couronnes européennes, danoise en particulier. Le palais aujourd’hui est un musée à découvrir et laisse flâner cette impression empreinte de luxe et volupté. La famille y occupe encore une aile, avec une descendance nombreuse et bien intégrée dans le civil.
En 1945, Sisavang Vong devient roi du Laos, le premier leader du pays libre, et Luang Prabang est alors la capitale du Laos jusqu’en 1975.

Les rues sont ornées d’une quantité de bâtiments à l’architecture typique, mélange unique de styles Art Déco, buddhiste et chinois. Je ne sais pas si cette architecture possède son propre nom mais vous y verrez certainement une certaine tendance ou constante dans les clichés photo, un typé bien à soi et qui a aussi contribué à classer cette petite ville dans le registre du patrimoine mondial. Tous cela agrémenté de temples, marchés, bâtiments administratifs et autres, où la langue française, vous le constaterez n’a pas totalement disparu ! Pas de bâtiment imposant, aucune trace de tour ou building pour signaler son importance historique, si ce n’est, en moindre mesure, l’hôpital provincial.

Parlons patrimoine et preuve de leur longue tradition amicale avec l’Inde, le roi de Luang Prabang en 1923 reçoit en cadeau une pousse originale de l’arbre de Bodishiva, le banian qui fut témoin (dit-on) de l’illumination de Buddha. Aujourd’hui bien enraciné et en pleine croissance, l’arbre commence à afficher une belle taille (voir photo) et perpétue la Vie dans le royaume éternel de Buddha.

Nota Bene : le rapport qualité de vie et coût est tout simplement incroyable !
Un petit port d’attache sur les berges du Mekong….

Luang Prabang, diurne ou nocturne, sous toutes ses coutures et formes…

Les temples de Luang Prabang, le palais du roi et le banian de Bodishiva…